Drive-Thru

Aujourd’hui c’était le mercredi des cendres, l’entrée officielle en Carême. Oui, je sais, je vous vois venir, vous souriez déjà à l’idée de me voir parler de traditions religieuses. Je vous l’accorde, je ne suis pas la mieux placée pour vous faire un cours de religion « made in Texas ». Mais ce matin j’ai lu un article vraiment insolite sur la Holy Comforter Episcopal Church. Pour simplifier la vie de ses fidèles, l’église a mis en place un drive-in spécial mercredi des cendres. Oui, vous avez bien lu : un drive-in Continuer la lecture de Drive-Thru

Super Maman et les devoirs

Quand on est femme d’expat, et qu’on ne travaille pas, on s’investit souvent trop dans la vie scolaire de ses enfants. On se dit : « C’est génial, fini les soirées speed. On va enfin avoir du temps pour aider nos bambins à réviser leurs devoirs et à y prendre plaisir… ». On se voit déjà, supervisant tranquillement les leçons et savourant chaque instant de complicité retrouvée….Erreur fatale ! Dans la vraie vie, on commence avec les meilleures intentions pédagogiques du monde… et on finit les cheveux hérissés, essayant de rester zen et digne, malgré l’envie irrépressible de faire bouffer leurs manuels à nos chérubins adorés. Continuer la lecture de Super Maman et les devoirs

Facebookite aiguë

Voici 22 jours que j’ai cessé d’écrire.  Trop de choses à digérer depuis le 13 novembre. J’avais besoin de recul. Il faut dire qu’au-delà des émotions suscitées par les événements, j’ai chopé un syndrome sournois et très persistant : une « Facebookite aiguë » doublée d’une addiction sévère aux news françaises et américaines. Continuer la lecture de Facebookite aiguë

Les VRP de la francophonie

L’autre jour, je suis allée à une fête où plus de 30 nationalités étaient représentées. Le globe entier était dans la salle. Alors forcément, dans ces moments-là, on s’instruit, on partage. On s’ouvre sur le monde. On parle culture, façons de vivre. On déguste des spécialités d’ailleurs, aux noms imprononçables (dont on demande poliment la recette sachant pertinemment qu’on ne l’utilisera jamais…). Sauf qu’au bout d’un moment, il faut aussi mettre la main à la pâte. Festivals multiculturels, fête de la francophonie, il faut s’y coller. Continuer la lecture de Les VRP de la francophonie

Une tempête dans un verre d’eau

Ce week-end, nous avons vécu notre première tempête tropicale. Pas méchante heureusement, mais suffisante pour mesurer l’efficacité des services d’alerte texans et surtout ma capacité toute relative à aborder sereinement ce genre d’événement. Il faut dire que j’ai toujours eu la trouille des ouragans. C’est d’ailleurs la seule chose qui m’inquiète vraiment à Houston. J’angoisse à l’idée d’être un jour coincée sur le toit de ma voiture au milieu d’un océan de boue déchainé, ou piégée sous notre escalier à écouter les grands arbres faire des « strikes » dans le quartier…. Mais revenons à nos moutons et plus précisément à la matinée de samedi matin. Continuer la lecture de Une tempête dans un verre d’eau

Digression capillaire

Ca y est, je viens de franchir le cap des 10 posts sur Citytrotteuse. Et pour fêter ça on passe aux choses sérieuses. Fini les articles complaisants sur la vie rêvée des expats. Aujourd’hui, on passe aux révélations exclusives. Accrochez-vous, il va y avoir du scoop. Car quand on débarque aux US, on pense que tout va rouler comme sur des roulettes. On se dit « c’est un pays facile, il suffira de quelques mois et hop, l’adaptation sera faite ». Et puis, on arrive sur place, on discute avec les copines et on commence à stresser. Bizarrement, ce ne sont ni les formalités administratives, ni l’emménagement, ni la scolarité des enfants qui posent problème. Ces démarches ne sont que des broutilles, des occupations divertissantes pour meubler l’emploi du temps des femmes au foyer débutantes. Non, le plus dur ici, c’est de confier sa tête à un coiffeur américain… Continuer la lecture de Digression capillaire

Ça marche

En bonne parisienne, j’adore arpenter le pavé. J’aime user mes semelles pour me déplacer. Sauf qu’ici, la marche n’est pas un moyen de transport. C’est une excentricité réservée aux Houstoniens fauchés (de préférence SDF ou étudiants), à quelques écoliers et aux nouveaux arrivants qui se bercent encore d’illusions piétonnières… L’autre jour, j’ai moi-même cédé à la tentation. J’ai voulu traverser un énorme boulevard pour passer d’un supermarché à un autre, sans prendre ma voiture. Continuer la lecture de Ça marche