Working girl

Je profite de ce premier billet 2016 pour vous souhaiter une très bonne année… et vous parler de mes bonnes résolutions. OK, ok, je sais, ça n’est pas très original, mais je vous promets, ça vaut le détour.

Le 31 décembre au matin, j’ai reçu mon permis de travail américain. Du coup, j’ai pris plein de bonnes résolutions pour commencer l’année : peaufiner mon CV en anglais, développer mon réseau pro, chercher des annonces, sans oublier de potasser le dress code professionnel américain…. Et là, je suis tombée sur un article extraordinaire donnant plein de détails sur les 4 dress codes les plus fréquents aux US : le business formal, le business professional, le business casual, et le casual. J’ai appris par exemple que pour le «business formal», il faut adopter des vêtements et des couleurs «conservatives» (comprenez un tailleur-jupe noir, marron ou marine); la jupe ne devant jamais dépasser deux doigts au-dessus du genou. Pour les cheveux, il faut une coupe bien proprette genre carré ou dégradé de luxe …. Et pour les ongles, pas question de se la jouer naturel : Il faut que ça brille, mais dans la sobriété ! Autant dire que moi, mon «look casual» et ma coupe de cheveux façon buffle, on est mal barré.

Pour les environnements «business professional», c’est plus cool, on peut se lâcher. Dans un élan de folie on peut même porter des bijoux, à condition qu’ils soient «non distracting» et «de qualité»…. Bref, des colliers de perles, une montre discrète, voire un pendentif en argent…. De la fantaisie, quoi ! Quant à la coiffure, les cheveux doivent être «soignés» et on peut même vérifier avec les RH les coupes et les couleurs «acceptables» dans l’entreprise…. J’adore. Franchement, malgré toutes mes bonnes résolutions, je crois que je ne suis pas prête d’être embauchée par des businessmen américains. D’autant qu’en discutant avec une Française, j’ai découvert que le maquillage a aussi son importance dans beaucoup d’entreprises. Pas question d’arriver avec un maquillage léger. Le travail de ravalement doit se voir de loin. Une fois de plus, c’est tout moi. Dommage qu’ils ne m’aient pas fourni un «pass relooking» avec mon permis de travail…

Cela dit, tout ça a du bon. Cette saine lecture m’a confortée dans mes convictions. Bosser en indépendante a ses avantages…. Vive les piges et le conseil en communication à distance ! Que l’on travaille pour des clients parisiens, montpelliérains, ou houstoniens, on n’est jamais aussi bien que derrière son ordinateur, pimpante et enthousiaste, avec ses colliers fantaisie et ses Converses de saison. CQFD.

Copyright © Sergey Nivens/Fotolia.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s