Facebookite aiguë

Voici 22 jours que j’ai cessé d’écrire.  Trop de choses à digérer depuis le 13 novembre. J’avais besoin de recul. Il faut dire qu’au-delà des émotions suscitées par les événements, j’ai chopé un syndrome sournois et très persistant : une « Facebookite aiguë » doublée d’une addiction sévère aux news françaises et américaines. Continuer la lecture de Facebookite aiguë